Passer l’hiver au chaud

En 2018, près de 12 tonnes de tenues postales usagées ont été données à la Croix-Rouge suisse. Les recettes issues des ventes servent au financement de projets sociaux.

29.01.2019
Texte: Regula Adank
  • Des collaborateurs ôtent les logos de la Poste

    Parés pour une deuxième vie: à ce stade, les logos de la Poste sont retirés des tenues de service usagées.

  • Les logos de la Poste sont retirés des tenues de service usagées.

    Les logos de la Poste sont retirés des tenues de service usagées.

partager l'article

Bruno examine les vestes de la taille L rangées sur le portant à vêtements. Un modèle gris et jaune qui tient chaud lui plaît beaucoup. Bruno est père de trois enfants. Malgré son emploi dans le secteur de la construction et l’activité exercée à temps partiel par son épouse dans une structure d’accueil parascolaire, le couple compte le moindre centime pour faire en sorte que la famille passe l’hiver au chaud. Ils achètent souvent leurs vêtements à la boutique d’articles de seconde main «La Trouvaille».

Magasins d’articles de seconde main, Aide aux montagnards ou chiffons

L’an dernier, dans le cadre de l’action «Une deuxième vie pour les tenues postales», près de 12 tonnes de vêtements ont été collectées et données à la Croix-Rouge suisse (CRS). Le produit de la vente des vêtements est réinvesti dans des projets sociaux en Suisse. Les tenues de service des collaborateurs, anciennes ou non utilisées, sont triées et le logo de la Poste est retiré. Selon leur état, les vêtements suivent différentes voies. Les tenues quasi neuves sont vendues à un prix avantageux par la CRS dans ses magasins de seconde main «La Trouvaille». Les tenues en très bon état, mais présentant de légers défauts, comme des petits trous, sont données, entre autres, à l’Aide suisse aux montagnards. Les vêtements hors d’usage ou qui ne peuvent plus être portés pour des raisons de protection de la marque sont soit éliminés en usine d'incinération des ordures ménagères (valorisation thermique), soit transformés en étuis d’ordinateurs portables, en sacs de gym ou en chiffons.

La veste que Bruno tient dans ses mains est l’ancienne tenue de travail d’un facteur. Il est désormais parfaitement équipé pour affronter les températures hivernales.