Après le grand incendie

Le 16 janvier, le dépôt CarPostal de Coire a pris feu. Près de 20 véhicules ont été victimes des flammes. Impressions sur place.

19.03.2019
Photos: Thomas Hablützel, zVg
  • 25 cars postaux ont été la proie des flammes, 17 sont entièrement carbonisés.

    25 cars postaux ont été la proie des flammes, 17 sont entièrement carbonisés.

  • Un car postal brûlé au dépôt de Coire

    Un car postal brûlé au dépôt de Coire

  • Aperçu de la halle durant la nuit de l’incendie

    Aperçu de la halle durant la nuit de l’incendie

  • L’incendie a été violent: la halle où se trouvaient les places de stationnement, l’atelier de réparation, la station-service et la station de lavage est entièrement détruite.

    L’incendie a été violent: la halle où se trouvaient les places de stationnement, l’atelier de réparation, la station-service et la station de lavage est entièrement détruite.

  • Le dépôt CarPostal à proximité de la gare de Coire à la mi-février: les véhicules détruits ont été retirés, le toit démoli, l’intérieur nettoyé.

    Le dépôt CarPostal à proximité de la gare de Coire à la mi-février: les véhicules détruits ont été retirés, le toit démoli, l’intérieur nettoyé.

  • Sepp Coray, conducteur:  «Cela fait mal de voir autant de cars postaux calcinés.»

    Sepp Coray, conducteur: «Cela fait mal de voir autant de cars postaux calcinés.»

  • Florian Aebli, conducteur: «C’était un choc.»

    Florian Aebli, conducteur: «C’était un choc.»

  • Alban Joos, responsable de zone d’exploitation

    Alban Joos, responsable de zone d’exploitation

partager l'article

«Il y a eu des larmes, raconte Alban Joos. C’est dur de voir "tes" cars postaux brûler.» Le responsable de la zone d’exploitation de Coire jouait au hockey au moment où il a appris l’incendie, le 16 janvier vers 21 heures. «Lorsque je suis arrivé, tout était déjà en flammes.» Sepp Coray, conducteur, se rappelle aussi très bien de ce soir-là. «Ce n’est pas possible», telle a été la première chose qui lui est venue à l’esprit. Il était en vacances de ski avec des collègues. De retour à Coire, ils se sont immédiatement rendus sur place. Le spectacle les a frappés en plein cœur: «Cela fait mal de voir autant de cars postaux calcinés.» Son collègue Florian Aebli confirme: «C’était un choc.» 25 véhicules ont été la proie des flammes. «Nous avons perdu près de la moitié de nos véhicules», déplore Alban Joos.

A 23 heures, la cellule de crise était convoquée. Deux heures plus tard, les premiers cars postaux de remplacement arrivaient déjà de Davos et de Scuol. «La solidarité a été impressionnante: des véhicules de réserve nous ont été envoyés des quatre coins du canton: des véhicules de réserve nous ont été envoyés des quatre coins du canton.» L’exploitation a pu être assurée. Le lendemain matin, le premier bus de 5h45 à destination de Peist (GR) est parti à l’heure.

Qu’en est-il aujourd’hui? Le lieu de l’incendie a été nettoyé, le démontage du mur qui menaçait de s’écrouler est presque terminé. Les entretoises d’acier nues, les parois noircies par le feu et les piliers encrassés des deux balcons des appartements voisins témoignent encore du sinistre.

Les Coiriens ont perdu non seulement des véhicules, mais aussi 25 places de stationnement intérieures, leur station-service, leur atelier, leur stock de pneus et leur station de lavage.

Assistance professionnelle

Pour l’heure, les véhicules sont entreposés sur un terrain en dehors de la ville. Mais en juin, cette surface sera construite. «Nous devons continuellement nous réorganiser, explique Alban Joos. Y compris pour les véhicules de location.» En effet, bon nombre d’entre eux seront à nouveau requis sur leur site d’origine. La situation se compliquera en été avec la reprise des courses alpines. Il faudra attendre octobre pour qu’arrivent 13 nouveaux cars postaux et que huit véhicules soient remis en état. Quatre bus à deux étages flambants neufs sont déjà là. De fait, CarPostal a eu de la chance dans son malheur: ces véhicules auraient dû être livrés en décembre, mais ils sont arrivés trop tard et ne se trouvaient pas encore dans le dépôt au moment de l’incendie.

Le soutien des collaborateurs est immense. «Je suis extrêmement reconnaissant pour toute cette générosité, déclare Alban Joos. Nombre d’entre eux sont venus pendant l’incendie pour demander ce qu’ils pouvaient faire pour nous aider.» Qu’ils aient congé ou non, ils étaient présents pour leur entreprise.

Plus d’images sur poste.ch/journal-online