Rotor, ça tourne!

Soixante-dix arbres abattus sur le Viererfeld à Berne et des nerfs tendus comme des cordes: l’intervention par hélicoptère à l’Engehalde de Berne n’était pas sans danger. IMS a fait abattre et évacuer les arbres anciens et pourris. Un travail de précision nécessitant beaucoup de préparation et un happy end.

19.03.2019
Texte: Sandra Liechti
  • Pour des raisons de sécurité, IMS a fait abattre et transporter 70 arbres en mars dernier.

  • Pour des raisons de sécurité, IMS a fait abattre et transporter 70 arbres en mars dernier.

  • Pour des raisons de sécurité, IMS a fait abattre et transporter 70 arbres en mars dernier.

partager l'article

Que ne faut-il pas pour abattre quelques arbres... Sécurité du trafic, attributeur, pilotes, bûcherons, radios. Une équipe composée d’une vingtaine de collaborateurs de la société Rotex AG (vols d’hélicoptères-cargo), onze personnes chargées de la sécurité du trafic et cinq concierges ont veillé à ce que cette opération délicate se déroule sans encombre et sans dommages. Les quelque soixante-dix troncs ont été évacués en neuf heures, réparties sur deux jours, de l’Engehalde au Viererfeld. Dans ce contexte, de nombreuses autres personnes ont apporté leur aide au préalable: il s’agissait, par exemple, d’obtenir des autorisations compliquées auprès de la ville de Berne, d’informer les habitants, de clarifier les nuisances sonores et de recueillir les offres. Enfin, il fallait prendre en compte la météo du vol et garantir l’exploitation quotidienne des locataires et utilisateurs de l’Engehaldenstrasse 35 - 39.

Un trop grand risque

De nombreux arbres étaient âgés et penchaient fortement en direction du bâtiment de la Poste. La pourriture en avait même fait tomber certains ou les avait atteints jusqu’au centre de leur tronc. Pour des raisons de sécurité, IMS a décidé de les faire abattre, car la chute des arbres représentait un trop grand risque pour les salles de serveurs ou les installations de refroidissement du centre de calcul. L’opération, autorisée par le garde forestier cantonal et par les espaces verts de la ville de Berne, a été coordonnée par Poste Immobilier. Après l’abattage, l’ensemble du bois a été évacué et traité sur le Viererfeld en deux jours. Il sera maintenant exclusivement utilisé comme bois de chauffage.