Daniel Landolf prend une retraite anticipée

Daniel Landolf (57 ans), membre de la Direction du groupe, a décidé de prendre une retraite anticipée en avril 2018 après avoir dirigé CarPostal pendant 20 ans. Il a contribué au développement des transports publics et se consacrera dorénavant davantage à ses projets privés en plus de quelques mandats en tant qu’administrateur.

Edition 11/2017
Texte: Katharina Merkle
  • Daniel Landolf, responsable CarPostal

  • Lors du Survival Run 2017.

  • Avec les partenaires des parcs suisses et le nouveau car postal aux couleurs des parcs sur la Place fédérale, 2017.

  • Conférence de presse à Sion en décembre 2015, au cours de laquelle CarPostal a présenté pour la première fois les SmartShuttle.

  • Avec un conducteur au Tessin, 2013.

  • Lors du légendaire forum de la mobilité «Movimento» de CarPostal, 2009.

  • Durant une réunion de direction de CarPostal, 2012.

  • A l’occasion d’un match amical au Stade de Suisse, 2007.

partager l'article

A la tête de CarPostal depuis deux décennies, Daniel Landolf a su diriger l’entreprise d’une main de maître et a largement contribué à transformer l’entreprise de TP traditionnelle en un prestataire de mobilité global et moderne. La croissance de l’entreprise l’a amenée à s’étendre au-delà des frontières nationales. Ainsi, CarPostal gère les transports publics dans la Principauté de Liechtenstein et est représentée en France via une vingtaine de filiales exploitant divers réseaux urbains et lignes régionales.

La Poste regrette vivement cette décision, mais comprend tout à fait qu’après de si longues années passées à la tête de CarPostal, Daniel Landolf souhaite remettre la responsabilité opérationnelle de l’entreprise entre de nouvelles mains. La Poste tient à le remercier pour son immense et fructueux engagement et lui adresse d’ores et déjà ses meilleurs vœux de bonheur et de succès dans cette nouvelle étape de la vie qui s’ouvre à lui. La recherche d’un successeur commence dès à présent à l’interne comme à l’externe.

Lorsque vous avez pris la direction de CarPostal en 1998, les billets étaient encore imprimés sur papier et le numérique n’était pas d’actualité. Pourriez-vous nous citer quelques événements marquants de votre longue carrière?

Une multitude d’expériences et d’évolutions me viennent à l’esprit, comme les appels d’offres remportés dans l’Entlebuch en 2000 ou encore les bus urbains de Frauenfeld et de la Principauté de Liechtenstein en 2001. Mais aussi le centenaire de CarPostal célébré en 2006, l’expansion en France grâce à l’appel d’offres remporté en 2004 à Dole. Je me souviens également de la première étape vers la numérisation avec le WiFi gratuit dans les cars postaux à partir de 2012, de la création du laboratoire de la mobilité en 2014 et de la mise en service des SmartShuttle en 2016. Il y a aussi des souvenirs plus douloureux, comme la perte des appels d’offres de la Haute-Engadine en 1999 et du Wiggertal en 2003.

Avec votre départ, le secteur des transports publics perd une figure éminente. Continuerez-vous à faire profiter des organes spécialisés de votre expertise après votre départ à la retraite anticipé?

Il y a peu de chances pour que je sois présent au sein d’organes spécialisés. Lorsque l’on cède la direction opérationnelle, il faut savoir se retirer. Mais je pourrais tout à fait concevoir une activité stratégique dans des entreprises de transports publics.

A quoi CarPostal devra-t-elle veiller dans les années à venir?

La classe jaune est une classe à part. Le numérique gagnant de plus en plus de terrain dans notre quotidien, nous avons aussi davantage besoin de contacts directs. Ces échanges humains avec les clients, les collègues, etc. sont à la base de la confiance. La fiabilité constitue un élément central de la classe jaune.

Que pouvez-vous souhaiter à la Poste?

Que le passage à cette nouvelle ère puisse être mené avec la marge de manœuvre entrepreneuriale nécessaire au maintien de sa prospérité.

Vous avez choisi votre 20e anniversaire à la tête de CarPostal en 2018 comme occasion de départ à la retraite anticipé au printemps. Quels sont vos projets pour les années à venir?

J’aimerais mettre mon expérience et mon savoir-faire dans la branche au service d’entreprises de transports publics en tant qu’administrateur. Sur le plan privé, je voudrais réaliser un rêve de longue date en ouvrant une salle de spectacles de musique. Je n’en dirai pas plus pour le moment!