«La Poste propose ses solutions aux commerçants suisses et internationaux»

L’annonce de la prise en charge par la Poste du dédouanement des envois d’Amazon et de leur distribution a alimenté les discussions dans les médias et dans le monde politique. Aucune infrastructure spécifique n’est mise en place, insiste Dieter Bambauer, responsable PostLogistics.

01.05.2018
Interview: Antonio Milelli
  • Dieter Bambauer

    Responsable PostLogistics Dieter Bambauer

  • Centre colis

    Les petits paquets d’Amazon passent aussi par les centres colis de la Poste.

partager l'article

Dieter Bambauer, la Poste distribue depuis longtemps les colis d’Amazon. Qu’est-ce qui va changer en 2018?

Comme nos concurrents, nous distribuons depuis longtemps les envois d’Amazon que nous recevons par le canal postal international. Dans le courant de l’année 2018, une partie des envois d’Amazon sera directement importée. Ils seront livrés par Amazon auprès du centre de tri d’Urdorf et du centre colis de Daillens. C’est là que nous procéderons à leur dédouanement. Ensuite, ils seront traités par le canal courrier et colis avant d’être distribués à leurs destinataires. Le reste des envois continuera à être acheminé par le canal postal international en Suisse.

Quelle est la différence entre la prise en charge des envois provenant du canal postal et le dépôt direct à la Poste par Amazon?

Grâce à l’importation directe, les frais d’expédition et de douane sont affichés de manière transparente pour les clients en processus de check-out sur la boutique Amazon et sont alors payés en même temps que le produit. Autre avantage pour les clients: la possibilité de bénéficier d’une meilleure expérience client. Contrairement aux envois provenant du canal postal international «normal», nous mettons à disposition nos services au destinataire pour les importations directes.

La Poste doit-elle mettre en place une infrastructure logistique spéciale?

Non, nous ne mettons en place aucune infrastructure logistique spécifique pour Amazon. Le dédouanement à l’importation et la distribution de lettres et de colis constituent des compétences clés de la Poste. Elle les propose aussi à beaucoup d'autres clients internationaux. La Poste fournit ses prestations de services exclusivement selon les processus standard à Amazon, qui doit s’y adapter.

On a pu lire dans différents médias que les nouveaux processus permettraient la distribution sous 24 heures des commandes passées sur la boutique Amazon. Est-ce exact?

A partir du moment du dépôt des envois par Amazon, nous traitons ces derniers dans les délais habituels. Ainsi, les colis Priority et les lettres du Courrier A Plus sont distribués à leurs destinataires le jour qui suit leur dépôt en Suisse. Le temps nécessaire à Amazon pour conditionner les envois et les livrer ensuite en Suisse se rajoute à la durée d’acheminement totale. Nous n’avons aucune emprise sur ce point-là.

Certains politiques reprochent à la Poste de tuer le commerce de détail suisse par sa collaboration avec Amazon. Ce reproche est-il justifié?

Non, en aucun cas. La Poste est consciente de sa responsabilité en matière d’économie politique et se préoccupe du bon fonctionnement du commerce en ligne suisse. Par ses prestations, elle contribue au mieux à la prospérité de ce dernier. Le commerce électronique ne connaît cependant aucune frontière. Les commerçants suisses exploitant des sites stationnaires ou en ligne sont donc en concurrence directe avec des prestataires internationaux. Dans l’interaction des différents acteurs du commerce en ligne, la Poste joue le rôle de prestataire de services logistiques: nous proposons nos solutions adaptées à l'e-commerce aux commerçants en ligne, tant nationaux qu’internationaux. Nos concurrents travaillant à l’international offrent toutefois aussi des solutions similaires.

Mais par son rôle actif, la Poste n’a-t-elle pas une part de responsabilité dans les difficultés que rencontre le commerce de détail?

Ce sont les clients qui bouleversent le commerce de détail par le changement de leurs habitudes d’achat, pas la Poste. C’est un fait: les consommateurs suisses commandent de plus en plus de marchandises à l’étranger. Par leur comportement d’achat global, ils stimulent le commerce en ligne. Du point de vue de la Poste, ce ne sont pas les frais d’expédition qui incitent à acheter dans le monde entier, mais les prix des produits et l’offre des prestataires en ligne étrangers.