Révolution dans le traitement du courrier: dix ans de REMA

Avec la mise en service des nouveaux centres courrier, la Poste a ouvert il y a dix ans une nouvelle ère en matière de traitement du courrier. Le projet REMA était une véritable révolution et elle n’est pas terminée.

01.05.2018
Texte: Gabriel Ehrbar

partager l'article

«Le sac postal est mort, vive le conteneur», titrait la Neue Zürcher Zeitung peu avant la mise en service du centre courrier de Härkingen en 2008. Difficile de faire un résumé plus exact du projet REMA (Reengineering Mail Processing), réalisé par la Poste entre 2001 et 2009: d’un côté, le sac postal traditionnel, longtemps symbole du traitement du courrier et, de l’autre, le nouveau système de conteneurs qui, associé aux techniques de tri et de transport modernes, a permis une avancée majeure dans le domaine du traitement du courrier. Les éléments déclencheurs de ce projet à 1,3 milliard de francs, qui constitue aujourd’hui le fondement de nombreuses mesures d’optimisation: la libéralisation imminente du marché des lettres à l’aube du nouveau millénaire et la substitution croissante des lettres par les e-mails, les SMS et Internet.

Redéfinir l'efficacité

Dès 2001, REMA a véritablement redéfini l'efficacité dans le domaine du traitement du courrier. Les 18 centres courrier disséminés aux quatre coins du pays ont alors été remplacés par les trois centres principaux de Zurich-Mülligen, Eclépens et Härkingen. La Poste a ainsi délocalisé ses centres courrier, abandonnant les sites urbains onéreux au profit de zones en périphérie. Ce projet a soulevé un tollé, notamment de la part des cantons concernés et des syndicats qui refusaient d’accepter toute perte d’emploi. La Poste prévoyait en effet la suppression de centaines de postes dans des régions périphériques comme le Valais, le Tessin et les Grisons, ainsi que dans les agglomérations de Berne, Bâle, Genève et Lucerne. La tempête est passée lorsque le Conseil d’administration a décidé d’ouvrir en plus six centres logistiques de traitement du courrier (CLT) à Cadenazzo, Kriens, Bâle, Ostermundigen, Genève et Gossau.

Par ailleurs, le vidéocodage et le traitement des retours ont été délocalisés depuis les centres courrier à Coire et à Sion. Neuf offices de dépôt pour clients commerciaux ont également vu le jour, ce qui a permis de préserver des emplois. Des milliers de postes de travail ont été délocalisés vers les nouveaux centres en périphérie. En 2003 déjà, la Poste et les syndicats ont négocié un plan social prévoyant des retraites anticipées ainsi que des indemnités de départ afin de mettre en œuvre la migration de manière aussi responsable que possible et d’éviter les licenciements.

La migration a pu se dérouler sans difficulté notable grâce à cette mesure couplée à une planification des besoins en ressources humaines anticipée et soigneusement préparée.

Les centres courrier sont des plaques tournantes

Depuis la mise en œuvre de REMA, chaque lettre passe par l’un des centres principaux ou des centres courrier (CC). Le canton du Tessin fait exception à la règle. En raison de sa situation au sud des Alpes et des conditions de transport souvent compliquées qui en résultent, le CLT Cadenazzo a été transformé en CC avant son ouverture. Les quatre centres courrier d'Eclépens, de Härkingen, de Zurich-Mülligen et de Cadenazzo sont de véritables plaques tournantes pour les régions de desserte Ouest, Centre, Est et Sud. Leurs bandes transporteuses et leurs machines de tri voient défiler chaque année près de cinq milliards de lettres, journaux, magazines, cartes postales, envois publicitaires et petites marchandises, qui y sont triés de manière sommaire avant la suite du processus d’expédition. Les lettres dont les destinataires se trouvent dans la même région sont triées avec précision sur place. Les envois adressés à d’autres régions sont acheminés par rail ou par camion jusqu’au CC ou CLT compétent.

Ce n’est là qu’une partie du potentiel exploité par la Poste dans le cadre du projet REMA. Les lettres ont tendance à parcourir de plus longues distances qu’auparavant. Mais en parallèle, les processus de traitement se sont considérablement accélérés ces dernières années. Grâce au tri séquentiel, tous les envois sont triés automatiquement dans l’ordre des boîtes aux lettres (itinéraire du facteur). Résultat: l’efficacité de la distribution s’en retrouve accrue et les coûts sont réduits. Jusqu’à aujourd’hui, la Poste a profité de la situation initiale engendrée par REMA et elle continuera de le faire: ce projet constitue la base pour mettre en œuvre d’autres mesures d’optimisation. Comme en 2013 pour le projet «Tuning CC et CLT», au cours duquel les processus de traitement ont encore été allégés et le tri manuel réduit.

L'optimisation se poursuit

Et les mesures d’optimisation chez PostMail ne s’arrêtent pas là: grâce au projet «MixMail», des technologies de pointe permettront bientôt un tri efficace dans le segment des envois de petites marchandises, dont le nombre augmente en raison de l’essor de l’e-commerce.

Aucun doute: dix ans après la clôture de REMA, le résultat est convaincant. Les centres courrier de la Poste font, comme toujours, partie des plus modernes et des plus automatisés au monde. Un coup d’œil sur la ponctualité des envois nous montre qu’en 2017, 97,6% des lettres en Courrier A et 99% des lettres en Courrier B ont été distribuées dans les temps à leurs destinataires. Avec de tels chiffres, la Poste a dépassé l’objectif fixé par la loi sur la poste, mais elle occupe aussi depuis des années une position de pointe en comparaison internationale. Et la réduction des coûts de 170 millions de francs par année (un point central de REMA) a également pu être réalisée. «Une fois la dernière étape de mise en œuvre de REMA achevée, les économies prévues dans le cadre du projet ont effectivement pu être réalisées à partir de 2010», explique Walter Gygax, responsable Gestion des processus Dépôt et Tri chez PostMail, qui a participé au projet REMA depuis le début.

Le sac postal a peut-être fait son temps, mais les lettres n’ont pas fini de voyager, notamment grâce à REMA. Une révolution dans le traitement du courrier dont la Poste profitera encore longtemps.

Le traitement du courrier en quelques chiffres

5 milliards de lettres, journaux, magazines, cartes postales et envois publicitaires sont traités chaque année.

Du dépôt à la distribution en passant par le tri, 15 000 collaborateurs veillent à ce que 17 millions d’envois quotidiens arrivent à destination dans les temps.

Une installation de tri traite 30 000 envois par heure.

Les bandes transporteuses des centres courrier s’étendent sur une longueur totale de 34 kilomètres.

99% des lettres en Courrier B et 97,6% des lettres en Courrier A sont distribuées dans les temps à leurs destinataires.