REMA, dix ans après: l’avis des collaborateurs

Gain d’efficience, économies de coûts, accélération des processus: le projet REMA, qui a révolutionné le traitement du courrier, a été un succès. Quelles ont été ses répercussions concrètes sur le quotidien professionnel des collaborateurs? Comment leur travail a-t-il évolué jusqu’à aujourd’hui? Les collaborateurs engagés de longue date chez PostMail portent un regard rétrospectif sur le projet et nous présentent leur point de vue.

03.07.2018
Texte: Demian Halter, Manuela Hess
  • Karin Rüegg

    Karin Rüegg, collaboratrice Centre logistique de vidéocodage et traitement des retours (CLVTR) Coire

  • Mike Gut

    Mike Gut, responsable d’équipe suppléant Distribution, Schaffhouse

  • Abdallah Saidi

    Abdallah Saidi, collaborateur Tri, Centre courrier Eclépens

  • Bruno Zemp

    Bruno Zemp, responsable Dépôt et Tri PostMail

partager l'article

«Le changement a été important.»

Karin Rüegg, collaboratrice Centre logistique de vidéocodage et traitement des retours (CLVTR) Coire

«Je travaille à la Poste depuis 1997, toujours à Coire. À l’époque, quand j’ai entendu parler de REMA, cela m’a un peu inquiétée: qu’adviendrait-il du site de Coire? Y aurait-il encore du travail? J’ai éprouvé un grand soulagement quand nous avons su que le site de Coire serait maintenu. Toutefois, dans le cadre du projet, notre centre courrier a été transformé en CLVTR. Bien des choses ont donc changé dans mon quotidien professionnel: j’ai dû m’habituer aux envois en retour et m’exercer à utiliser l’ordinateur. Les sacs postaux ont disparu d’un seul coup. Le changement a été important. Mais les nouveaux processus ont été rapidement intégrés et pendant la phase de transition, j’avais l’impression que le projet avait été monté avec soin. Les changements sont inévitables. Voici ma devise: tout prendre comme ça vient et en tirer le meilleur. Aujourd’hui, mon travail est varié, intéressant et moins fatigant physiquement qu’avant REMA. Pour moi, tout va bien.»

«Des interventions plus courtes, une répartition du temps plus flexible.»

Mike Gut, responsable d’équipe suppléant Distribution, Schaffhouse

«Le sang jaune coule dans mes veines depuis 1987. Quand REMA a démarré, j’étais responsable d’équipe à la Distribution à Zurich. REMA: dans notre équipe, ce mot a d’abord déclenché certaines appréhensions. Comment cela allait-il se passer avec le traitement mécanique? Personnellement, j’ai été enthousiaste dès le début, car le projet s’annonçait comme très prometteur. Nous avons été bien accompagnés pendant la période de transition, cela a beaucoup aidé et a dissipé les inquiétudes de nombreux collaborateurs. Une fois le projet mis en place et les nouveaux processus établis, même les plus sceptiques d’entre nous ont finalement été convaincus: les services en deux temps avec de longues journées de travail ont fait place à des interventions plus courtes avec une répartition du temps plus flexible. Cette flexibilité apportée par REMA est encore particulièrement précieuse aujourd’hui: je peux rentrer chez moi dès 13 heures, à la fin de ma tournée de distribution, et passer ainsi l’après-midi avec mes enfants. Je trouve cela très appréciable. Par ailleurs, REMA n’a pas affecté la grande variété de mes tâches au sein de la Distribution.»

«L’automatisation nous facilite la vie.»

Abdallah Saidi, collaborateur Tri, Centre courrier Eclépens

«Lorsque j’ai entendu parler de REMA, j’ai tout de suite été très sceptique. Le projet impliquait que j’aille désormais travailler à Eclépens. Et donc, que je fasse la navette tous les jours entre mon domicile à Genève et le nouveau centre courrier... pas vraiment la porte à côté! Comme j’ai trois enfants, il n’était pas question de déménager; cela aurait complètement chamboulé leur vie. Pour moi, les trajets s’imposaient comme une évidence. Toutefois, au CC Eclépens, les avantages de REMA n’ont pas tardé à se faire sentir: notre travail est bien moins fatigant qu’auparavant sur le plan physique; l’automatisation nous facilite énormément la vie. J’apprécie cette amélioration – on ne va pas en rajeunissant! Je suis toujours très épanoui dans mon travail, qui me maintient constamment en mouvement. Sinon, je ne serais pas resté fidèle à la Poste depuis 1998. Je suis fier de travailler pour la meilleure poste du monde et de donner le meilleur de moi-même au quotidien pour notre clientèle. C’est pour cette raison que j’accepte d’effectuer un trajet plus long pour me rendre au travail.»

«Résolution des problèmes au plus haut niveau»

Bruno Zemp, responsable Dépôt et Tri PostMail

«Je suis arrivé chez PostMail en 2003 en tant que responsable Région Centre. Le responsable Courrier d’alors, Joseph Bösch, m’a engagé peu après avoir réussi à convaincre le Conseil d’administration et la Direction du groupe de sa grande vision: investir dans un projet révolutionnaire pour le tri du courrier, bien que les quantités fussent déjà en baisse à l’époque. Avant REMA, chacun des 18 centres courrier travaillaient différemment, chacun dans la mesure de ses possibilités et du contexte local. Il existait de nombreux processus et emballages différents, peu de choses étaient standardisés; 17% de tous les envois en format normal devaient être triés à la main.

Aujourd’hui, cette part est descendue à environ 4%. L’introduction du conteneur à lettres, combinée avec l’intervention des techniques de convoyage, de tri et de stockage de pointe, a été la clé du succès de REMA et donc du tri actuel du courrier à la Poste. À ce jour, la logique qui se cache derrière nos processus est réputée dans le monde entier pour son aspect révolutionnaire et exemplaire – aussi parce que nous l’adaptons en permanence. L’essentiel est que nous gardions un mode de pensée et d’action orienté vers l’avenir. En particulier dans le domaine des quantités croissantes de petites marchandises.

Pour moi, ça a été une joie immense d’apporter ma contribution à REMA. Aujourd’hui encore, je suis impressionné par la façon dont les responsables Exploitation ont résolu les problèmes au plus haut niveau et à long terme lors de la mise en service des nouveaux centres. Dès qu’un incident survenait – une panne de courant, une machine défectueuse – ils prenaient des décisions de manière responsable, rapide, juste et adaptée à la situation. Et surtout: l’engagement des collaborateurs a été exceptionnel, nombre d’entre eux ont fait la navette pendant plusieurs mois entre deux sites. L’esprit de pionnier était perceptible chez chacun. C’est pourquoi, même dix ans plus tard, je leur dis du fond du cœur: merci, merci, merci!»

REMA: qu’est-ce que c’est?

Le journal du personnel consacre une série d’articles de rétrospective au projet REMA (Reengineering Mailprocessing) mis en œuvre par la Poste entre 2001 et 2009. Les trois principaux centres, Zurich-Mülligen, Eclépens et Härkingen, ont été mis en service dans le cadre de ce projet, constituant ainsi le fondement de nombre d’autres mesures d’optimisation du traitement du courrier. Mais REMA a également apporté bien d’autres nouveautés, notamment le remplacement du sac postal par le nouveau système de conteneurs et le transfert du vidéocodage à Coire et à Sion.