Mon objet fétiche

Le BMX: pédaler à l’extrême

21.08.2018
Texte: Magalie Terre; Photos: Darrin Vanselow

partager l'article

«Je ne vais nulle part sans mon BMX. C’est mon objet fétiche depuis 35 ans. Il me propulse par dessus des bosses, à coups de virages serrés. J’aime être sur la rampe de départ à cinq mètres de hauteur, tenir fermement le guidon, les pieds sur les pédales, prêt à me lancer sur la piste de 400 mètres qui s’étire devant moi. J’avais 10 ans quand ma route a croisé un BMX pour la première fois. A la Fête des vignerons à Morges, je feuilletais un magazine qui traînait et j’y ai vu la photo d’un garçon, entièrement équipé pour le motocross, assis triomphalement sur son BMX. Il avait l’air d’un vrai pilote de motocross! C’est à cela que je voulais ressembler! J’étais complètement subjugué par cette vision, notamment par le vélo: certes petit, mais qui semblait incroyablement robuste et presque indestructible. La sobriété de la propulsion, la maniabilité des freins et la hauteur du guidon donnaient à ce vélo un look vraiment cool. J’ai su qu'il m'en fallait un. Mais mes parents, inquiets, ont mis un frein à mon projet. J’ai dû attendre trois longues années avant de pouvoir m’offrir mon premier BMX. J’ai acheté en même temps les gants, les lunettes de protection et le casque. J’ai tout payé de ma poche et j’ai beaucoup trimé dans les champs pour gagner cet argent. Mais plus rien ne me retenait: j’ai commencé à faire des tours sur des terrains à l’écart des rues et à disputer mes premières courses. Chaque jour, je parcourais toutes les routes imaginables de Suisse sur mon BMX. J’ai amélioré mes performances de virage en virage, de course en course. Les mauvaises chutes ne m’ont jamais dissuadé de remonter sur mon vélo. Même lorsque je me suis fracturé plusieurs côtes en tombant et que j’ai dû dormir pendant quatre mois en position assise. En 2006, je me suis hissé sur le podium. Je suis devenu champion de Suisse. Aujourd’hui, à 46 ans, le BMX reste mon plus fidèle moyen de transport. Je fréquente souvent mon club BMX à Echichens (VD) où j’entraîne de jeunes talents.»

Didier David, 46 ans, formateur à la Poste à Vevey