Le caleçon parfait

Kevin Bucher (39 ans), gestion de l'innovation, PostLogistics, Bern

Edition 3/2018
Texte: Magalie Terre; Photos: Darrin Vanselow
Kevin Bucher, gestion de l'innovation, PostLogistics

Kevin Bucher et son caleçon parfait

partager l'article

«Mon caleçon est ma passion. Tout le monde en porte, mais personne n’y prête attention. Le caleçon est donc souvent ennuyeux, inconfortable ou pour le moins tout sauf durable. J’ai supporté pendant des années des caleçons qui coinçaient ou avaient des coutures désagréables. Il fallait que ça cesse. Mon objectif: trouver le «caleçon parfait». Un après-midi, j’ai couru tous les magasins entre la Tour de l’Horloge et la gare centrale de Berne. Tous les caleçons imaginables ont atterri dans mon cabas. De retour chez moi, je les ai tous essayés et constaté avec désillusion qu’aucun d’entre eux ne correspondait à l’idée que je me faisais du «caleçon parfait issu d'une production durable». Mon derrière valait mieux que cela. J’ai donc commencé à noter mes critères déterminants de forme anatomique, de style et de couleurs. En en parlant avec mes amis à l’apéro après le travail, j’ai récolté de précieuses idées et suggestions. Peu de temps après, mon premier prototype voyait le jour. Le caleçon s’ajustait parfaitement à mon postérieur, comme une seconde peau. Depuis cette percée, je sais que ce caleçon est «mon objet fétiche». Un caleçon avec une coupe parfaite à l'entrejambe, issu d'une production durable et équitable. Il ne restait plus qu’à lui trouver un nom. «Flizzer». Le credo des rebelles du vieux caleçon démodé.» (mt)

Quel est votre objet fétiche? Dites-le nous par un e-mail à: