«Il s’agit d’être plus tolérant et réceptif au quotidien»

John Léchenne (52 ans) est responsable de la gestion des tarifs chez CarPostal et coprésident du réseau MOSAICO. Il a grandi à Courtételle, dans le Jura, mais aujourd’hui il lui arrive même de rêver en allemand.

07.05.2019
Interview: Simone Hubacher; Photos: Monika Flückiger
  • John Léchenne

  • John Léchenne

  • John Léchenne

partager l'article

A la question «A quelle fréquence utilisez-vous une langue étrangère dans votre quotidien professionnel?», 48% des collaborateurs et collaboratrices de la Poste ont répondu «tous les jours», 30% d’entre eux «occasionnellement», et 22% «rarement ou jamais». Ces chiffres vous surprennent-ils?

Ce qui m’a le plus surpris, ce sont les 22% qui ne parlent jamais une autre langue. C’est un chiffre relativement élevé pour notre entreprise plurilingue.

MOSAICO est l’un des réseaux pour la diversité de la Poste (voir encadré). Comment en êtes-vous devenu coprésident?

J’étais présent quand ce réseau a été créé à la Schönburg, l’ancien siège principal de la Poste. Le chef du personnel d’alors, Yves-André Jeandupeux – avec qui j’avais joué au volley-ball il y a des années à Delémont – en faisait également partie. Un réseau n’existe pas sans ses membres. Il me paraissait donc naturel de m’engager à ma façon. Aujourd’hui, je préside MOSAICO en tandem avec Gerardina Bello.

Que peut faire MOSAICO?

Actuellement, des personnes de 138 nationalités et de 75 langues maternelles différentes travaillent à la Poste. Les centres courrier et colis, surtout, rassemblent des personnes des cultures les plus diverses. Par des actions ciblées, nous attirons l’attention sur cette diversité et tentons d’accroître l’ouverture vis-à-vis des autres cultures.

Comment?

Il arrive par exemple que le réseau invite les personnes intéressées à une conférence, ou à une pièce de théâtre. Dans ce genre d’occasions, différentes cultures sont mises en avant et se présentent. Plusieurs événements de ce genre ont déjà eu lieu, et d’autres actions sont prévues cette année. Les événements les plus appréciés sont ceux qui sont soutenus par les supérieurs hiérarchiques, comme l’an dernier à Eclépens, par exemple.

Que sont les tables rondes linguistiques?

Au site principal de la Poste, à Berne Wankdorf, et à celui de PostFinance, à la Mingerstrasse, ainsi qu’au centre courrier d’Eclépens, nous organisons deux fois par mois des tables rondes linguistiques en anglais, français ou italien. Le but est de favoriser les échanges en abattant les frontières linguistiques et en s’immergeant dans d’autres cultures. Il existe également des échanges réguliers en anglais entre les collaborateurs de Bellinzone et de Berne, et nous testons cette année à Berne une table ronde culturelle centrée sur la Chine. Ces offres marchent bien.

Que signifie «vivre la diversité linguistique»?

Cela signifie abolir les barrières et les préjugés. Il s’agit d’être plus tolérant et réceptif au quotidien. Un supérieur, par exemple, devrait lire un e-mail même s’il n’est pas écrit dans sa langue maternelle, il devrait montrer l’exemple, être ouvert au changement et à la nouveauté.

Quelle importance les connaissances linguistiques ont-elles lorsqu’on est à la recherche d’un emploi?

Parler deux ou trois langues représente toujours un avantage important par rapport aux autres candidats. Cela dit, à la Poste, tout dépend du domaine. L’anglais est aussi très apprécié, notamment à SPS. J’observe que les cadres romands parlent obligatoirement l’allemand, car ils sont souvent en contact avec le siège principal; par contre, les collègues alémaniques ne parlent pas forcément le français. Les supérieurs doivent parler plusieurs langues s’ils veulent pouvoir diriger des équipes linguistiquement mixtes. Cela commence à l’école déjà. Je trouve dommage que dans le canton de Zurich, on commence désormais par apprendre l’anglais avant le français.

Comment avez-vous trouvé le message de bienvenue du nouveau CEO?

En s’exprimant en allemand, en français, en anglais et en italien, Roberto Cirillo a donné un signal exemplaire pour les minorités!

Quelle est votre langue préférée?

Le français, bien sûr, parce que j’ai grandi à Courtételle. Mais je vis à Studen (BE) avec ma famille depuis 18 ans, je travaille depuis 30 ans à Berne, et j’ai des collègues dans toute la Suisse. Il n’y a donc rien d’anormal à ce que je pense ou rêve parfois en allemand (il sourit)...

MOSAICO, quèsaco?

Le réseau MOSAICO encourage une diversité linguistique et culturelle vivace à la Poste. Il permet aux collaborateurs et collaboratrices de métiers très différents d’améliorer régulièrement leurs connaissances orales d’une langue en tandem ou de s’entretenir dans différentes langues à la table ronde linguistique lors de la pause de midi. A travers une sensibilisation ciblée, il doit également permettre d’élargir les horizons et d’encourager l’ouverture à d’autres cultures. mosaico@poste.ch

PostConnect -> MOSAICO

Résultat du sondage