«Une personne allergique peut se faire soigner»

Cette année, les grandes quantités de pollen dans l'air font souffrir les sujets allergique, soit une personne sur cinq. Les explications de Bettina Ravazzolo, experte chez aha! Centre d’Allergie Suisse.

03.07.2018
Interview: Sandra Gonseth; Photos: Annette Boutellier
  • Bettina Ravazzolo, experte chez aha! Centre d’Allergie Suisse.

  • Bettina Ravazzolo, experte chez aha! Centre d’Allergie Suisse.

partager l'article

Combien de Suisses sont touchés par une allergie au pollen?

Environ 20% de la population suisse souffrent d’une allergie au pollen. Il y a cent ans, ces personnes représentaient 1% à peine. Cette intensification s’explique par diverses raisons: la pollution atmosphérique joue notamment un rôle car elle rend le pollen plus agressif. Mais nos normes d’hygiène élevées, l’alimentation occidentale et le changement climatique portent aussi leur part de responsabilité.

Quels sont les pollens qui génèrent le plus de problèmes?

La majorité des personnes sujettes au rhume des foins – environ 70% – réagissent au pollen de graminées. Les graminées dégagent d’énormes quantités de pollen, elles se propagent presque partout et restent en fleurs plus longtemps du fait du changement climatique. Parmi les arbres, le bouleau est particulièrement redouté: 8% de la population suisse sont sensibles à ses grains de pollen. Ceux-ci sont minuscules et s’infiltrent donc profondément dans nos voies respiratoires.

Cette année, la quantité de pollen présente dans l’air est supérieure à la moyenne. Comment l’expliquez-vous?

Certaines années sont marquées par une libération de pollen en plus grande quantité en fonction de l’espèce d’arbre. Par exemple, cette année était prononcée chez le bouleau, car celui-ci produit beaucoup de fleurs un an sur deux. En outre, les températures estivales en avril ont entraîné la floraison de plusieurs espèces d’arbres quasiment en même temps. Et comme il n’a pas beaucoup plu, les pollens n’ont pas pu être éliminés de l’air.

Comment mesure-t-on la quantité de pollen présente dans l’air à un moment donné?

Tous les lundis, les pollens captés au moyen d’une bande adhésive sont relevés au niveau de 14 capteurs de pollens régionaux. Les analystes polliniques identifient les types de pollens au microscope et mesurent leur quantité. La concentration de pollen est déterminée à partir de ces données. On établit ensuite les prévisions de concentration de pollen en même temps que les prévisions météorologiques.

Qu’apportent concrètement ces prévisions aux personnes concernées?

Une personne sujette au rhume des foins qui connaît la quantité de pollen libérée dans l’air est davantage en mesure d’éviter leur contact. Le moyen le plus rapide d’obtenir ces informations est de passer par l’application «Pollen-News». Lorsqu’il fait beau et chaud sur une période prolongée, la quantité de pollen dans l’air est particulièrement importante. Il est alors conseillé aux personnes allergiques de prendre leurs médicaments à titre préventif et de rester le plus possible à l’intérieur.

Comment se passe la thérapie classique contre une allergie au pollen?

Nous recommandons de toujours clarifier une allergie au pollen auprès d’un médecin, qui fixera une thérapie personnalisée. Cette thérapie inclut des conseils pour éviter le contact avec les pollens, un traitement par médicaments et éventuellement une désensibilisation pour se débarrasser entièrement du rhume des foins. La désensibilisation consiste à habituer progressivement l’organisme au déclencheur d’allergie.

Et que se passe-t-il lorsqu’une allergie n’est pas traitée?

Si on ne traite pas son allergie, on augmente le risque que la rhinite allergique se développe tout à coup en asthme allergique. Cette progression des réactions depuis les voies respiratoires supérieures vers les bronches et les poumons est décrite comme un «changement de niveau».

La période des vacances approche. Avez-vous des conseils de voyage pour les personnes souffrant d’une allergie au pollen?

Si on sait à quels types de pollens on est allergique, on peut choisir intelligemment sa destination de voyage. En Suisse, la concentration de pollen est plus courte et plus faible dans les régions situées en altitude. Les paysages côtiers en bord de mer sont assez pauvres en pollens aussi grâce au vent marin. Bien sûr, il est utile de s’informer sur la situation pollinique locale ou européenne.

www.aha.ch Télécharger gratuitement l’application «Pollen-News» dans iTunesStore (iPhone) ou Google Play Store (Android)

Prévisions de concentration de pollens

Suisse: www.pollenundallergie.ch Europe: www.polleninfo.org

PasseportAllergie électronique

Grâce à l’application PasseportAllergie, les personnes souffrant d’allergies et d’intolérances reçoivent sur leur smartphone toutes les informations concernant les allergies, les symptômes et les médicaments. Ces indications peuvent être validées par le médecin pour améliorer la sécurité du traitement. Plus tard, il sera également possible de les transférer dans le dossier électronique du patient. L’application est utilisée par environ 13 000 personnes en Suisse. Elle est proposée par aha! Centre d’Allergie Suisse et la Société Suisse d’Allergologie et d’Immunologie (SSAI), et a été développée en collaboration avec la Poste.

Résultats du sondage

«Etes-vous allergique au pollen?»