«Les entreprises doivent lâcher prise sur les contenus qui les concernent»

A l’ère numérique, les contenus produits par les entreprises perdent en crédibilité tandis que le bouche à oreille impose sa loi. C’est pourquoi, la Poste met à disposition de ses collaborateurs une application permettant de partager des contenus au sein de son propre réseau: Smarp. Jérômine Siebenaler, channel manager Social Media, nous explique les avantages d’un tel outil.

Edition 11/2017
Interview: Claudia Iraoui; Photos: Yoshiko Kusano; Illustration: Dennis Oswald, Branders

Jérômine Siebenaler, channel manager Social Media

partager l'article

93% des collaborateurs ayant participé au sondage n’utilisent pas l’application Smarp. Ce résultat vous surprend-il?

Non, car Smarp était dans une phase pilote à laquelle seules quelques unités et la vente ont participé. Le projet pilote est maintenant terminé et le programme est à la disposition de tous les collaborateurs.

Pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste Smarp et comment fonctionne l’application?

Smarp est une plateforme de contenus (articles, blogs, communiqués de presse ou articles issus de la presse spécialisée) que les collaborateurs peuvent partager au sein de leur propre réseau pour alimenter des conversations et susciter un intérêt autour de sujets spécifiques. Il suffit de s’inscrire sur le site Intranet. Les collaborateurs peuvent s’identifier avec leur profil Xing, LinkedIn, Twitter ou Facebook. On a ensuite accès à un flux d’actualités que l’on peut déplacer ou filtrer en fonction de ses intérêts, par exemple les ressources humaines ou l’innovation. Quand l’utilisateur trouve un article intéressant, il peut le partager sur une ou plusieurs plateformes. En plus de lire et de partager des articles, les utilisateurs peuvent également en proposer de nouveaux.

Quel est l’intérêt pour les entreprises de mettre des contenus à disposition des employés?

Il y en a beaucoup. L’un est sans aucun doute d’atteindre un plus grand nombre de personnes. Le réseau des collaborateurs permet aux entreprises d'augmenter la portée de leurs communications. Par ailleurs, les utilisateurs ont appris à se méfier des contenus publiés par les entreprises, alors qu’ils sont beaucoup plus réceptifs aux contenus de leurs pairs, des personnes en chair et en os qu’ils connaissent probablement. Enfin, le nouveau monde numérique peut provoquer une certaine appréhension. Pour aider et guider le collaborateur, les entreprises mettent à sa disposition des contenus déjà «tout prêts».

Pourquoi devrais-je mettre mon réseau à disposition de la Poste? Qu’est-ce que j’y gagne?

Cela vous donne la possibilité de rester informé sur les sujets qui vous intéressent, que ces derniers soient traités du point de vue de la Poste ou par des revues spécialisées. C’est aussi un moyen de se familiariser avec les réseaux sociaux par le biais d’articles validés par l’entreprise. Même si vous n’avez pas beaucoup d’expérience, vous ne pouvez pas faire d’erreur. Finalement, le contenu est roi, mais il faut du temps pour le produire; nous vous proposons une manière simple de vous positionner sur les réseaux sociaux. En particulier si vous travaillez dans la vente et l’innovation, cela vous permet de rendre visibles des thèmes qui vous tiennent à cœur et des produits précis.

On pourrait penser que le seul but de Smarp est de permettre aux cadres de se positionner...

Absolument pas! C’est un outil adapté à tous, car il répond à des exigences variées, que l'on ambitionne de devenir un acteur visible ou que l'on souhaite simplement se tenir à jour sur des sujets ciblés.

Comment la Poste pense-t-elle promouvoir l’utilisation de Smarp?

Nous tenons un stand à toute une série d’événements de la Poste pour montrer comment fonctionne concrètement l’application. Et nous cherchons à développer notre réseau d’ambassadeurs Smarp. L’objectif n’est pas d’augmenter démesurément le nombre d’utilisateurs, mais de trouver des personnes qui utilisent l’outil avec enthousiasme.

Comment pensez-vous qu’évoluera l’«employee advocacy»?

Les contenus d’entreprises perdent en crédibilité et le bouche à oreille joue un rôle de plus en plus important. Je pense que certaines tendances déjà visibles aujourd’hui prendront de l’ampleur. L’une d’elles est la «customer brand defence»: des clients fans d’une entreprise le clament haut et fort et créent eux-mêmes des contenus pour l’entreprise. Cela existe déjà en partie aujourd’hui, je pense à Migros avec Migipedia ou à Auchan en France, qui publient dans le blog de l’entreprise des posts écrits tant par l’entreprise que par les clients. Les entreprises doivent réaliser désormais qu’elles ne peuvent plus contrôler tous les contenus qui les concernent.

Résultats du sondage du mois d'octobre

«Utilisez-vous déjà Smarp, l’app de partage de contenus de la Poste ?»