Un réseau bien en phase

La transformation du réseau postal progresse rapidement. Le nombre de nouveaux points d’accès a déjà sensiblement augmenté. Mais la Poste envoie aussi un signal fort avec la modernisation de ses propres filiales. L’heure est à la préparation des collaborateurs à l’avenir numérique.

30.10.2018
Texte: Sandra Gonseth; Photos: Daniel Winkler
  • Filiale de Fribourg

    Sandra Tomé, collaboratrice de la Poste, et Michel Chardonnes, client, dans la toute dernière filiale moderne de la Poste, inaugurée le 15 octobre 2018 à Fribourg.

partager l'article

Andrea Minder travaille à la filiale de Mühleberg, dans la région de Berne. Cette dernière sera remplacée fin janvier 2019 par une filiale en partenariat. Les opérations postales pourront alors être effectuées dans le magasin Volg. Cette restructuration entraîne un changement professionnel pour la jeune employée de la Poste. Andrea Minder a accepté l’offre de maintien de l’engagement de la Poste. Elle restera à l’avenir dans le même secteur de filiales (voir aussi statements à droite).

Exigeant, mais fructueux

Depuis 2016 et jusqu’à 2020, la Poste adapte son réseau aux nouveaux besoins des clients. Nous sommes à mi-parcours. «Nous sommes en bonne voie et nous atteindrons notre objectif», affirme Thomas Baur. Les deux dernières années ont été certes exigeantes, mais aussi fructueuses selon le responsable RéseauPostal: le nombre de points d’accès a significativement augmenté et ils seront au moins 4200 d’ici à 2020. En mai dernier déjà, la Poste a ouvert sa millième filiale en partenariat; elle en compte désormais 1033. Ces deux prochaines années, près de 300 autres viendront grossir la liste (voir le graphique).

La Poste investit dans des filiales modernes

«Du point de vue des collaborateurs, il s’agit bien sûr d’une réduction. Il ne faut pas se mentir», poursuit Thomas Baur. Mais la Poste s’engage aussi pour son réseau de filiales en exploitation propre: «Avec près de 40 millions de francs d’investissement, elle lance un signal clair et modernise dans une première étape près de 300 filiales en exploitation propre dans toute la Suisse.» Le dernier exemple en date est la filiale de Fribourg qui vient d’être inaugurée (voir la photo). D’ici 2020, 200 automates My Post 24 renforceront le réseau. Les clients profitent aussi des nouveautés dans le domaine du trafic des paiements. Des stations en libre-service doivent s’y ajouter.

Changements pour les collaborateurs

«Nos collaborateurs doivent voir les nouveaux points d’accès comme un complément, et non une forme de concurrence», explique Thomas Baur. C’est donc un défi qui leur est lancé aujourd’hui: «Nous avons prouvé que nous sommes très bons dans la vente de produits physiques, souligne-t-il. Nous voulons maintenant montrer que nous le sommes aussi dans celle des produits numériques.» Vous verrez dans notre reportage (voir à droite) de quelle manière les collaborateurs de la Poste sont initiés à l’univers numérique.

Andrea Minder sera elle aussi bientôt confrontée à un changement. Elle se réjouit de sa nouvelle mission: «Aujourd’hui, il faut être flexible dans sa vie professionnelle et suivre le rythme des nouvelles exigences», dit-elle. Qu’en pensent les autres collaborateurs? Découvrez à droite comment d’autres membres du personnel concernés réagissent face aux changements.

Diminution des opérations de guichet

Les résultats positifs enregistrés avec la transformation du réseau postal confortent la Poste dans sa conviction d’être sur la bonne voie. Car la structure obsolète du réseau occasionne des frais élevés, tandis que les clients se rendent de moins en moins souvent au guichet pour y effectuer leurs opérations postales. Le nombre de lettres (−68%) et de colis (−44%), mais aussi les prestations du trafic des paiements (−44%) accusent un net recul au guichet depuis 2000. La transformation du réseau postal offre aux clients des possibilités plus variées et de meilleure qualité pour réaliser leurs opérations postales et contribue à réduire le déficit du réseau postal.