Marché de la communication et de la logistique

14.03.2017
Marché de la communication

partager l'article

Marché de la communication et de la logistique

PostMail

Les activités liées aux lettres, aux journaux et aux envois publicitaires sont restées un pilier porteur pour la Poste en 2016, mais les canaux numériques gagnent sans cesse du terrain et le cœur de métier de PostMail s’en ressent de plus en plus. Les volumes de lettres adressées sont en recul de 3,8% par rapport à l’année précédente (2015: 1,4%). PostMail a enregistré un résultat d’exploitation de 317 millions de francs (exercice précédent: 358 millions) et des produits d’exploitation de 2906 millions de francs (exercice précédent: 2820 millions). L’essor du numérique va continuer de peser de tout son poids sur la marche des affaires de la Poste. A titre d’illustration, une baisse de 1% des volumes de lettres adressées se traduit par une baisse de 14 millions des produits d’exploitation. Grâce à des mesures d’amélioration de l’efficacité et à de bonnes prestations opérationnelles, le manque à gagner lié à la régression des volumes a pu être compensé, certes en partie seulement, mais dans de larges proportions tout de même. Pour assurer le développement de son activité de base, PostMail continue de miser sur le marketing direct dont l’impact avéré est un atout de poids pour les entreprises en Suisse.

PostLogistics

marché de la logistique. Par rapport à 2015, les volumes de colis traités ont augmenté de 5,7% (2015: +3,0%). PostLogistics a enregistré un résultat d’exploitation de 117 millions de francs, soit 28% de moins que l’année précédente. Divers facteurs sont en cause, et notamment la forte pression subie par les marges sur ce marché totalement libéralisé ainsi que l’augmentation des dépenses liée au fait que l’unité assume désormais la responsabilité produit pour les colis de particuliers, suite à un remaniement de la stratégie. Grâce à la progression des volumes de colis et à une demande accrue de solutions de logistique des valeurs, les produits d’exploitation ont atteint 1572 millions de francs, soit une hausse de 20 millions. Ces deux facteurs de croissance ont largement compensé le départ de clients dans les secteurs du transport de marchandises, du stockage et des services Innight ainsi que la diminution des recettes de la vente de carburants. PostLogistics doit faire face à un environnement de plus en plus difficile car un nombre croissant de nouveaux concurrents, en partie extérieurs à la branche, débarquent sur le marché de la logistique. Avec le développement de technologies toujours plus intelligentes, de nouveaux modèles concurrentiels peuvent à tout moment modifier profondément ce marché.

Réseau postal et vente

Les prestations et solutions numériques continuent de se substituer aux produits postaux classiques. L’unité Réseau postal et vente a ainsi essuyé une baisse de 5,4% des versements et enregistré un résultat d’exploitation de -193 millions de francs (exercice précédent: -110 millions). Les produits d’exploitation ont reculé de 1601 à 1196 millions de francs. Ces chiffres s’expliquent par la régression soutenue des opérations de guichet et par les adaptations opérées au niveau du mandat de prestations interne. Depuis son annonce relative au développement du réseau postal jusqu’en 2020, la Poste s’est engagée dans une démarche visant à bâtir un réseau de filiales durable, avec un choix encore plus étendu de points d’accès physiques et numériques.

Swiss Post Solutions

En 2016, le résultat d’exploitation de Swiss Post Solutions s’est établi à 20 millions de francs, soit une augmentation de 5 millions par rapport à l’exercice précédent. Cette bonne performance est essentiellement le fruit des projets de réduction des coûts et d’accroissement de la performance conduits par l’unité, qui a encore amélioré sa position sur le marché international: en 2016, elle s’est hissée à la quatrième place du classement des prestataires les plus performants en matière de solutions d’externalisation des processus commerciaux pour la gestion des documents. Ses produits d’exploitation ont néanmoins légèrement régressé, de 609 à 558 millions de francs, ce qui tient principalement à la cession de domaines d’activité non stratégiques.