Faire du neuf avec du vieux

Réparer pour continuer à utiliser: prenant le contre-pied d’une société où les objets s’achètent et se jettent, de plus en plus de consommateurs et de start-up s’engagent dans une démarche de durabilité pour prolonger le cycle de vie des appareils, véhicules, vêtements et autres objets. La Poste y contribue, tout comme certains de ses collaborateurs pendant leur temps libre.

Edition 11/2017
Texte: Simone Hubacher; Photos: Monika Flückiger
  • Joseph et Irma Kuchen s’étonnent de la rapidité et de la précision avec lesquelles Christoph Maurer ouvre leur pendule.

  • Christoph Maurer répare la pendule pour le plus grand bonheur de son propriétaire, Joseph Kuchen.

  • Chaque réparateur apporte ses propres outils.

  • Impressionnant: voilà à quoi ressemble le mécanisme interne d’un robot de cuisine Kenwood.

  • Un petit invité observe avec intérêt le réparateur en train d’ouvrir la friteuse.

partager l'article

«Réparation numéro cinq», appelle le réparateur en entrant dans le bistrot du Repair Café de Köniz. Un homme âgé finit son café et le suit dans une autre pièce, où bon nombre de tables sont déjà occupées par des réparateurs concentrés qui vissent, cousent et soudent. Joseph Kuchen, de Wabern, sort de son sac une belle pendule ancienne. «Elle ne marche plus, elle a peut-être besoin d’un nouveau cordon», suggère-t-il à Christoph Maurer, réparateur et collaborateur de la Poste (voir portrait en page°12). Heureusement, le propriétaire a lui-même apporté le solide cordon de remplacement. Christoph Maurer peut se mettre au travail.

Les 13 postes de travail aménagés de manière individuelle – chaque réparateur apporte ses propres outils – sont conçus pour permettre aux clients de participer activement. Mais bon nombre d’entre eux se contentent d’observer avec intérêt l’«opération à cœur ouvert» pratiquée sur leur précieux objet. Une petite heure plus tard, plein de gratitude, Joseph Kuchen versera avec plaisir une contribution volontaire dans la caisse des réparations.

Horloge de cuisine, guirlande lumineuse, lecteur de cassettes, tourne-disque, robot ménager Kenwood ou encore friteuse: au Repair Café de Köniz comme partout en Suisse, les registres sont tenus avec précision. Le nombre d’objets et leur poids revêtent un intérêt particulier. La deuxième journée nationale de la réparation a eu lieu le 28 octobre. Sur les quelque 60 Repair Cafés de Suisse, 33 y ont participé.

Contribution de La Poste

A peine deux jours plus tard, la fondation alémanique pour la protection des consommateurs (SKS) a annoncé que les réparateurs bénévoles de toute la Suisse avaient redonné vie à près de 1500 objets. «Cela a permis d’éviter presque 4,5 tonnes de déchets au total – un nouveau record», a annoncé la SKS le 30 octobre. C’est Martine Postma, journaliste d’Amsterdam soucieuse de l’environnement, qui a eu l’idée, il y a huit ans, de donner une nouvelle vie aux objets cassés chers à leurs propriétaires et de baptiser cette action «Repair Café». Depuis, plus de 1300 Repair Cafés ont vu le jour dans 33 pays répartis sur six continents (repaircafe.org).

La Poste contribue activement elle aussi à prolonger le cycle de vie des appareils, véhicules et outils de travail qu’elle utilise. Elle le fait d’ores et déjà en les réparant à temps ou en leur trouvant un deuxième usage. Les vêtements, les ordinateurs portables et les batteries des scooters électriques, par exemple, sont réutilisés une fois leur durée de vie à la Poste achevée. Cet engagement va de pair avec l’importance croissante de l’économie circulaire dans notre société. La Poste est convaincue qu’elle peut être un prestataire de services central au sein d’une économie circulaire. C’est pourquoi, dans sa stratégie de Corporate Responsibility, elle a développé un champ d’action stratégique sur la base duquel de nouveaux modèles commerciaux sont mis au point pour les unités.

www.repaircafe-koeniz.ch

www.repaircafe.org

Economie circulaire

L’idée d’une économie circulaire qui viendrait remplacer notre société de consommation afin de préserver l’héritage des générations futures prend de plus en plus d’importance. Cela vaut également pour les modèles commerciaux correspondants de la Poste qui peuvent contribuer à boucler le cycle des produits et à favoriser une économie plus durable et plus respectueuse des ressources. Dans le champ d’action «Economie circulaire» de la stratégie de Corporate Responsibility, l’engagement de la Poste comporte six dimensions. En font partie le recyclage de matériaux sélectionnés (en anglais «recycling», comme les capsules Nespresso), la réparation et la réutilisation d’appareils et d’outils de travail («repair & reuse», comme les vêtements de travail, les batteries des scooters électriques) et la promotion de possibilités de partage («sharing», comme PubliBike). La Poste s’intéresse en outre aux points de collecte intelligents et aux solutions d’économie circulaire pour la clientèle commerciale. Elle souhaite consolider ses compétences pour conseiller d’autres entreprises en s’appuyant sur son expertise et pour commercialiser les concepts qui ont fait leurs preuves. Grâce à de nouvelles combinaisons de produits et de compétences, la Poste soutient une économie respectueuse des ressources et fondée sur un processus circulaire. / db