Voici Noël, ô stressante nuit!

Les températures baissent, l’effervescence va croissant. Noël approche. A la Poste aussi, le stress s’accentue.

19.12.2017
Texte: Sandra Gonseth; Photos: Rolf Neeser; Illustration: Bruno Wanner

partager l'article

Dès l’apparition des premières neiges, l’ambiance à la Poste devient fébrile. Pendant les semaines qui précèdent Noël, les jours de pointe, ce sont jusqu’à 450 000 colis qui se bousculent sur les convoyeurs à bande dans le seul centre colis de Härkingen. Cela représente une hausse de 50 pour cent par rapport au reste de l’année. Le volume augmente déjà à partir de début novembre. Un stress intense pour les collaborateurs de la Poste?

Gel des vacances pour tout le monde

«Non, nous prenons des précautions pour assurer les effectifs, explique Mario Killias, responsable du plus gros centre colis de la Poste. Nous commençons dès octobre à recruter du personnel supplémentaire.» 100 auxiliaires viennent ainsi prêter main forte aux 400 collaborateurs fixes durant ces semaines trépidantes. Ces renforts contribuent à préserver l’équilibre à l’approche de Noël. Une règle vaut néanmoins pour tout le monde: personne n’a le droit de prendre des vacances durant cette période. Sinon, impossible de surmonter l’afflux de colis. Même les machines fonctionnent à plein régime: pendant les quatre semaines qui précèdent Noël, l’installation de tri tourne 22 heures par jour, non stop. Elle s’interrompt seulement pour que le mécanisme puisse refroidir.

Beaucoup de facteurs de stress

A la maison aussi, cette période est marquée par une grande agitation: cadeaux à trouver, décoration, organisation de la fête de famille. Toute une accumulation de facteurs de stress. Guy Bodenmann, thérapeute de couple et professeur d’université, ne le sait que trop bien: «Au lieu d’être en paix pendant la période de l’Avent, on se voit confronté à des exigences sur plusieurs fronts.» D’où un risque accru d’entrer en conflit avec son entourage et de s’emporter. Dans l’interview, le spécialiste explique comment affronter le stress et montre en quoi celui-ci peut parfois se révéler positif.

La méthode suédoise

La Suède et son art de vivre offrent aussi des pistes intéressantes. Un mot suédois exprime parfaitement la quête de l’équilibre: lagom. L’auteur suédoise Anna Brones lui a même consacré un livre. Elle y conseille de fixer des priorités. «Il faut ménager de l’espace pour les choses qui ont une véritable importance à nos yeux.» C’est exactement ce que fait Felix Gäbler. Le postier a trouvé sa recette personnelle pour résister au stress de Noël: avec sa femme, il priorise en établissant une liste de tâches juste avant la période frénétique des fêtes. Felix Gäbler et deux autres collègues nous révèlent leurs secrets pour gérer la multiplication des sollicitations en fin d’année. Car une chose est sûre: après les fêtes, le calme reprend ses droits.