Résultat solide et investissements en hausse

Les nouvelles habitudes des clients continuent de mettre le cœur de métier de la Poste sous pression et ont pour effet un résultat solide mais en baisse en 2016. La Poste réagit à cette évolution en opérant une transformation à tous les niveaux: elle investit dans ses offres à la clientèle et renouvelle son infrastructure.

Edition 3/2017
Texte: Sandra Gonseth; Photos: Simon Opladen, Matthias Nutt
  • Une cliente utilise e-finance

    Les clients continueront d’être au cœur de l’approche de la Poste: les offres seront encore plus adaptées à leurs habitudes et à leur comportement.

  • Un client à un automate My Post 24
  • Un voyageur devant un car postal
  • Rapport de gestion

partager l'article

«La Poste clôt une année passionnante, intensive et fructueuse». C’est par ces mots que Susanne Ruoff, directrice générale de la Poste, a commencé la conférence de presse bilan, le 9 mars dernier. «Nos clients et leurs conditions de vie changent. Ils sont toujours plus mobiles, flexibles et numérisés», a-t-elle poursuivi. Ces nouvelles habitudes entraînent chez la Poste une mutation structurelle et mettent toujours plus sous pression son cœur de métier traditionnel. «L’évolution de notre bénéfice s’en ressent. En dépit d’un environnement de marché qui change rapidement, la Poste a enregistré en 2016 un résultat solide, mais moins bon que celui de l’année précédente», a expliqué la directrice générale.

Evolution du bénéfice en 2016

Concrètement, le résultat d’exploitation (EBIT) s’est établi à 704 millions de francs, en baisse de 119 millions par rapport à l’exercice précédent. Le bénéfice consolidé a diminué de 645 à 558 millions de francs. Ces résultats en baisse s’expliquent principalement par le recul des volumes de lettres, par la pression exercée sur les marges dans le domaine de la logistique et par la faiblesse des taux d’intérêt dans le secteur financier. L’activité liée aux lettres, journaux et envois publicitaires est restée un pilier important de la Poste en 2016. Mais, là aussi, la substitution par les canaux numériques a un impact toujours plus grand sur le cœur de métier de PostMail. En 2016, le nombre de lettres adressées a diminué de 3,8% alors que ce recul se limitait encore à 1,4% l’année précédente.

Investissements dans le personnel, l’infrastructure et les prestations

«L’année dernière, nous avons financé intégralement un service universel de qualité par nos propres moyens et réalisé des investissements d’un montant de 450 millions de francs», a souligné Susanne Ruoff. Et d’ajouter que l’entreprise a investi dans le développement de son personnel, dans l’infrastructure et dans de nouvelles prestations: «En définissant notre nouvelle stratégie pour les années 2017 à 2020, nous avons clairement arrêté la direction que nous voulons prendre pour réagir aux évolutions sociétales et aux changements sur le marché», a-t-elle déclaré. Elle a ensuite expliqué que la Poste devait se transformer pour rester une entreprise florissante. En dépit d’une pression importante, elle assume sa mission d’employeur responsable et social. Susanne Ruoff a souligné que, dans ce processus de mutation que l’entreprise traverse, les collaborateurs forment le capital le plus précieux: «Sans ses plus de 60 000 collaborateurs, la Poste ne pourrait réaliser les innovations qui assureront son entrée dans le futur.»

Les chiffres clés

La brochure du rapport de gestion a été enrichie de contenus numérisés, qui apparaissent dès que le symbole prévu à cet effet est scanné avec la Post-App. www.poste.ch/rapportdegestion