Sécurité au travail, mode d'emploi

Les postiers sont souvent victimes d’un accident au travail ou pendant leur temps libre. Ou alors ils tombent malades. Ces événements causent beaucoup de souffrances et coûtent beaucoup d’argent au groupe.

01.05.2018
Texte: Lea Freiburghaus; Photos: iStock

partager l'article

Un moment d’inattention dans l’escalier, un pas dans le vide, la chute – et rien n’est plus comme avant. Dans les pages qui suivent, des collaborateurs de la Poste touchés par un accident ou une maladie et trois sanitaires d’entreprise racontent comment ces événements peuvent tout d’un coup survenir et leurs implications. Ils nous livrent une part de leur intimité et nous montrent l’importance de la thématique Sécurité au travail et protection de la santé.

Les accidents et les absences ont un coût

Ly-Tran Ngoc Dung et Caroline Hürzeler font partie des quelque 7000 collaborateurs de la Poste qui ont été victimes d’un accident l’année passée, au travail ou pendant leur temps libre. Plus de 2000 accidents professionnels et 5000 accidents non professionnels en moyenne sont enregistrés chaque année. En 2017, cela a généré des coûts à hauteur de 58 millions de francs. A cela s'ajoutent 10 000 cas de maladie par an. L’an dernier, 416 000 jours d’absence ont été comptabilisés par suite d’accident ou de maladie. Autrement dit: en 2017, la Poste a payé presque 140 millions de francs de salaire pour des prestations non fournies (ce qu’on appelle les coûts salariaux occasionnés par les absences).

Pourquoi les chiffres sont-ils en hausse?

Ce ne sont pas les chiffres en eux-mêmes, mais plutôt leur augmentation au cours des dernières années qui donnent à réfléchir. Matthias Kunz, responsable Sécurité au travail, avance différentes raisons: «Aujourd’hui, dans le monde du travail tous secteurs confondus, la pression s’intensifie et les tâches deviennent plus complexes.» Il explique les absences prolongées de la manière suivante: «Premièrement, les accidents et les maladies sont de plus en plus graves. Deuxièmement, le personnel de la Poste est de plus en plus âgé.» Certes, selon Matthias Kunz, les collaborateurs plus âgés sont peu malades, mais ils ont besoin de plus de temps pour se rétablir.

Interaction entre le groupe, l’unité et le site

La sécurité au travail et la protection de la santé sont régies par la loi. L’objectif est de protéger les travailleurs en Suisse des accidents de travail et des maladies professionnelles. Une solution par groupe d’entreprises de la Poste réglemente l’application des dispositions légales au sein du groupe. Le reportage effectué à Villmergen (AG) auprès du Service de montage de PostLogistics (page 32 et suivantes) montre comment cela se passe concrètement et l'importance de l’interaction entre les parties prenantes du groupe, de l’unité et du site. Le graphique des pages 12 et 13 illustre les dangers auxquels sont exposés les collaborateurs dans les différentes unités.

Susanne Ruof signe la Charte de la Suva

«Des règles claires sont nécessaires pour éviter la survenance d’accidents et de maladies au travail. Il faut identifier et écarter les dangers, développer une meilleure culture de la sécurité», estime Matthias Kunz. Susanne Ruoff a fait un premier pas dans ce sens en signant en janvier la Charte de la sécurité de la Suva. La Poste s’engage ainsi à veiller au respect des règles de sécurité.

De plus, outre la protection de la santé réglementée par la loi – qui englobe l’ensemble des mesures préventives contre les maladies professionnelles, tel l’équipement de protection individuelle – la Poste met l’accent sur la Gestion de la santé en entreprise (GSE). La préoccupation centrale est ici la santé et le bien-être des collaborateurs. «Une culture de la sécurité qui ne soit pas simplement prônée, mais vécue, profite non seulement à la Poste, mais aussi et même doublement à l’ensemble des collaborateurs», affirme Matthias Kunz. La réduction des accidents et des maladies entraîne la baisse des primes de la Suva. «Il y a ainsi moins de déductions et chacun reçoit à la fin du mois un salaire plus important sur son compte!»

Nombre d’accidents professionnels pour 100 postes à plein temps

2007: 5,48

2017: 6,47

Nombre d’accidents non professionnels pour 100 postes à plein temps

2007: 14,75

2017: 16,13

Frais d’accident en millions de francs

2007: 37,4 pour les accidents professionnels, 37,4 pour les accidents non professionnels

2017: 17,8 pour les accidents professionnels, 40,4 pour les accidents non professionnels

Jours d’absence par année

2007: 380 052

2017: 416 269

Coûts salariaux occasionnés par les absences en millions de francs

2007: 115

2017: 139,4

Source: www.poste.ch/rapportdegestion