Une nation de pendulaires

De la Terre au Soleil, aller et retour: telle est la distance annuelle parcourue par les collaborateurs de la Poste pour se rendre au travail. Les employés reflètent la moyenne nationale suisse. Et nous racontent leur vie de pendulaire.

22.08.2017
Texte: Claudia Iraoui; Illustration: Dennler, Christina Messerli

partager l'article

Des routes encombrées de files sans fin, des trains et des bus où un siège est une denrée rare: elle est dure, la vie de pendulaire! Et toujours plus de Suisses sont prêts à quitter leur domicile tôt le matin et à rentrer dans la soirée. Une étude de 2015 sur la mobilité des pendulaires publiée en janvier dernier par l’Office fédéral de la statistique fournit une description détaillée des quatre millions de personnes disposées à parcourir chaque jour plusieurs kilomètres pour se rendre au travail, à l’école ou à l’université. Le tableau qui s’en dégage ne laisse planer aucun doute: nous sommes une nation de pendulaires.

Concilier le rêve d’être propriétaire de sa maison et celui de l’emploi parfait

70% de la population active travaille en dehors de sa commune de résidence. Concilier le rêve d’être propriétaire de sa maison et celui de l’emploi parfait est la raison qui pousse la plupart des gens à parcourir de plus en plus de kilomètres pour ne pas déménager. Environ un tiers des pendulaires utilisent les moyens de transport en commun pour aller au travail. Deux millions de personnes, soit plus de la moitié des pendulaires (52%), utilisent la voiture comme moyen de transport principal pour effectuer le trajet domicile-travail. 30% des pendulaires (plus de 1,1 million) se rendent au travail en transports publics, 16% le font à pied ou à vélo. En moyenne, les pendulaires parcourent 14,5 kilomètres de leur domicile à leur travail (trajet simple) et le font en 30 minutes.

300 millions de kilomètres

Et les collaborateurs de la Poste? «La répartition modale concernant le trajet du travail des collaborateurs de la Poste correspond à la moyenne suisse, explique Dominik Saner, spécialiste Corporate Environmental Responsibility de la Poste. Les collaborateurs du groupe Poste (territoire national et étranger, incluant toutes les sociétés du groupe) ont effectué l’année dernière un peu plus de 300 millions de kilomètres pour se rendre au travail ce qui équivaut à peu près à la distance aller et retour entre la Terre et le Soleil!» Cela correspond chaque jour à environ 33 kilomètres, dont 4% attribuables à la mobilité douce (le vélo ou la marche à pied), 62% au transport motorisé individuel (scooter, moto, voiture) et 34% au transport en commun (tram, car postal, autre bus ou train).

Une passion pour les cars postaux

En ce qui concerne l’utilisation des moyens de transport (dans de nombreux cas, il s’agit de différents moyens de transport), les données d’une enquête effectuée en 2016 auprès des collaborateurs indiquent que 61% des employés utilisent la voiture, 35% la moto ou le scooter, 35% le bus ou le tram et que 36% se déplacent à pied ou en vélo. 14,5% des employés recourent au car postal pour se rendre au travail. «Certains collaborateurs de la Poste sont contraints d'opter pour les moyens de transport motorisés individuels parce que les horaires de travail ne permettent pas d’utiliser l’offre de transports en commun et parce que, dans certains cas, les lieux de travail sont difficilement accessibles avec les transports publics», explique Dominik Saner.

L’impact environnemental de la mobilité

Selon les estimations du DETEC pour 2030, le trafic ferroviaire augmentera de 50%, tandis que celui de la route progressera de 20%. Cela va de pair avec une croissance de la population de l’ordre de 10%. Le nombre de kilomètres parcourus par habitant continuera donc à augmenter et, dans son sillage, l’impact environnemental. Pour peser le moins possible sur le climat, la Poste se fonde sur une mobilité durable et encourage l’utilisation des trains, bus ou vélos, ou le recours au carsharing. «Parmi les avantages visant à promouvoir l’utilisation des transports en commun figure l’envoi d’un abonnement demi-tarif gratuit à environ 35 000 employés, note Peter Walther, responsable Compensation. En 2016, 2670 employés se sont procuré un «Rail Check» pour l’achat privé subventionné à hauteur de 20% d’un abonnement général.»

Home sweet home

Mais il n’y a qu’un seul moyen de décongestionner vraiment les systèmes de transport: mettre en œuvre des modèles d’organisation du travail qui ne nécessitent plus de trajet quotidien pour se rendre au travail. «Les processus de travail ont changé, explique Nicole Passavant, responsable Mondes du travail au sein de l’unité Personnel. Le principal moteur est le développement technologique et l’utilisation accrue de smartphones, tablettes ou ordinateurs portables qui nous rendent plus flexibles.» Sur la base des données recueillies dans le cadre du sondage du personnel 2016, il ressort qu’environ 54% des collaborateurs de La Poste Suisse SA auraient en théorie la possibilité d’effectuer une demande de télétravail. 60% d'entre eux y recourent régulièrement, en moyenne une fois par semaine. On peut aller encore plus loin.

Mobilité durable pour les collaborateurs de la Poste

Carsharing pour les collaborateurs de la Poste

Exemple concret d’une mesure: l'action vélo/e-bike