«La nuit a passé à toute vitesse»

En août, Paolo Pisano fêtera son 75e anniversaire. Originaire de Sicile, il était encore mineur lorsqu’il est arrivé en Suisse en 1961. Il a passé les dix dernières années de sa carrière à la Poste.

21.08.2018
Interview: Claudia Iraoui; Photos: François Wavre

partager l'article

Comment êtes-vous entré à la Poste?

Je suis arrivé à la Poste un peu par hasard à 55 ans. Après avoir géré un bureau de tabac avec ma femme, j'ai enchaîné des petits boulots pour pouvoir joindre les deux bouts puisque le contrat de location pour le magasin n’a pas été renouvelé. J’étais en fonction auprès des TPG (Transports publics genevois) quand je suis tombé sur une connaissance qui travaillait à la Poste. Elle m'a dit que la Poste recrutait. Ni une, ni deux: j’ai aussitôt décroché un entretien.

Quels souvenirs avez-vous de vos premiers temps à la Poste?

Je travaillais pour les TPG la journée puis, de 17 à 19 heures, j’allais trier les colis. Un soir, alors que trois ou quatre collègues étaient absents pour cause de maladie, nous avions une montagne de colis à trier. Mon chef m’a donc demandé si je pouvais faire la nuit. En triant les colis, vidant les wagons et retirant les sacs de la glissière, la nuit a passé à toute vitesse. J’ai dû m’en sortir brillamment, car j’ai obtenu un contrat de durée indéterminée peu de temps après.

Grâce à votre flexibilité, vous avez aussi travaillé pour d’autres unités...

Oui, j’ai distribué des lettres et des colis en tant que facteur et je suis passé par de nombreux offices de poste: Genève 2 Montbrillant, Genève 11 Stand, Genève 3 Rive, Genève 1 Mont-Blanc, Genève 13 Charmilles, Plainpalais et Champel.

Quel épisode garderez-vous toujours en mémoire?

Un jour, nos supérieurs ont organisé une excursion au lac d’Annecy. Boussole et carte en main, nous devions parcourir un chemin forestier en trois étapes. Nous avons effectué la première sans problème, mais nous nous sommes retrouvés directement à l’arrivée après avoir suivi une mauvaise piste. Quand nous avons réalisé notre erreur, nous avons voulu retourner à la deuxième étape, mais nous nous sommes magistralement perdus. La nuit était déjà tombée quand on nous a retrouvés. Je vous laisse imaginer à quel point nos collègues ont rigolé le lendemain!

Comment occupez-vous vos journées maintenant?

Je m’adonne à mes passions pour les pièces et les timbres. J’écoute de la musique des années 1960, notamment Adriano Celentano et Peppino di Capri. Je lis beaucoup et je m’occupe de mes trois petits-enfants. Je n’ai donc jamais le temps de m’ennuyer!