«J’ai vraiment eu chaud»

Du haut de ses 80 ans, Silvano Vezzoli nous parle d’amour, de fonction publique et du jour où il a vu la mort en face.

Edition 9/2017
Interview: Claudia Iraoui; Photos: François Wavre
  • Silvano et Franca Vezzoli
  • Silvano Vezzoli

partager l'article

Est-ce que c'est vrai que vous avez trouvé l’amour grâce à la Poste?

Oui, absolument. J’ai rencontré ma femme Franca en 1961 après avoir obtenu le poste de buraliste postal à Rodi-Fiesso. Elle travaillait elle aussi dans un office de poste. Au départ, on se voyait surtout lors des réunions de buralistes postaux et le week-end. Nous nous sommes mariés en 1964 et nous fêtons cette année nos 53 ans de vie commune, au cours desquels nous avons eu trois enfants et huit petits-enfants.

Quel souvenir de votre carrière postale garderez-vous toujours en mémoire?

De mes 42 années de service à la Poste, je n’oublierai jamais ce jour de 1964 où j’ai failli mourir: comme nous le faisions autrefois, j’étais en train de décharger le courrier avec mon chariot sur les voies de la gare de Rodi. Le chef de gare a oublié d’annoncer l’arrivée d’un train en transit. Au dernier moment, j’ai réussi à l’esquiver, mais le train a renversé le chariot et l’a traîné sur plus de 100 mètres. J’ai vraiment eu chaud!

Vous avez été maire de Prato Leventina pendant 28 ans...

Sans l’aide de ma femme qui me remplaçait durant mes absences, je n’aurais jamais pu concilier ma fonction de buraliste avec celle de syndic. Cela m’a demandé beaucoup d’engagement! Etant donné que j’étais buraliste postal, il me fallait d’ailleurs obtenir l’accord de la Direction d’arrondissement postal de Bellinzone pour me porter candidat à une charge publique. J’ai dû présenter ma demande au moins sept fois.

A présent, que faites-vous de vos journées?

Je n’ai pas subi de choc suite à mon départ à la retraite à 62 ans, car j’ai continué à consacrer mon temps libre à ma famille et à diverses associations: j’ai longtemps présidé la fondation Dazio Grande et je suis membre de l’Associazione Ticinese Terza Età (Association tessinoise du troisième âge), dont j’assure la trésorerie depuis 16 ans.