Une grande responsabilité au musée

Au lieu de travailler dans une autre filiale de la Poste, Iman Stucki, en deuxième année d’apprentissage chez RéseauPostal, effectue un stage de six mois au Musée de la communication à Berne.

29.01.2019
Texte: Iman Stucki; Photos: Monika Flückiger
  • Iman Stucki

    Iman Stucki propose des mini-visites guidées sur l’Ermeth au Musée de la communication encore jusqu’à fin janvier.

  • Iman Stucki

    Originaire de Thoune et tout juste âgée de 18 ans, Iman Stucki est la première apprentie de la Poste détachée au Musée de la communication. Elle pose ici avec le «cerveau de l’ordinateur».

  • Iman Stucki

    Originaire de Thoune et tout juste âgée de 18 ans, Iman Stucki est la première apprentie de la Poste détachée au Musée de la communication. Elle pose ici avec le «cerveau de l’ordinateur».

  • Iman Stucki

    Originaire de Thoune et tout juste âgée de 18 ans, Iman Stucki est la première apprentie de la Poste détachée au Musée de la communication.

partager l'article

«J’attends avec une tension grandissante que les derniers élèves aient déposé leurs sacs et leurs vestes dans l’une des six corbeilles en métal. ‹Bienvenue au Musée de la communication! Je suis Iman, votre guide!› L’accueil de groupes fait partie des mes tâches quotidiennes au Musée de la communication, où je travaille jusqu’à fin janvier dans le cadre d’un stage de six mois. En février, je poursuivrai mes activités habituelles de future gestionnaire du commerce de détail à la filiale de Belp et j’y appliquerai ce que j’ai appris durant mon stage au musée.

Avide de nouvelles expériences

N’ayant elle-même aucun apprenti, la direction du musée a demandé à ses fondateurs (Swisscom SA et La Poste Suisse SA) s’ils seraient intéressés par une collaboration dans ce domaine. Ma supérieure, Sonja Frey, m’a donc proposé ce stage externe. Comme je suis avide de nouvelles expériences, j’ai tout de suite accepté. Au début, j’avais bien quelques doutes, notamment en raison du caractère inédit de cette situation: je suis en effet la première apprentie de la Poste détachée au musée. Mais grâce à une journée de découverte et à la grande serviabilité de l’équipe, je me suis immédiatement sentie à l’aise. J’ai étéprise au sérieux et bien intégrée dès mon arrivée.

L’équipe du musée m’a confié pour mission de réfléchir à des projets que je serais en mesure de réaliser au cours de ces six mois. A partir de là, j’ai notamment imaginé une mini-visite guidée sur l’Ermeth (calculateur électronique de l’EPF de Zurich ou premier ordinateur ayant vu le jour en Suisse). La tenue d’un journal de bord et la publication du présent article dans le journal du personnel faisaient aussi partie de mes objectifs de stage.

Ce que je souhaite pour la suite de ma formation? C’est simple: continuer à assurer des tâches aussi variées que celles que j’ai pu accomplir jusqu’ici! Cette variété, qui m’a permis notamment d’élargir mon horizon et de découvrir l’univers du musée, constitue aussi l’une des nombreuses raisons pour lesquelles je recommanderais l’apprentissage de gestionnaire du commerce de détail CFC à la Poste. Jusqu’à présent, mon stage au musée fait définitivement partie des moments forts de ma formation!»