Bons vœux au son des sabots

Une fois par année, le facteur Daniel Tschabold distribue le courrier en tenue de ramoneur.

Edition 12/2017
Texte: Simone Hubacher; Photos: Monika Flückiger
  • Daniel Tschabold devant la maison de ses parents à Villigen, en Argovie.

  • Daniel Tschabold et Orlando s’entraînent pour la tournée de distribution spéciale.

  • C’est un ami de Daniel Tschabold qui a déniché ces magnifiques cloches dans son grenier.

  • C’est un ami de Daniel Tschabold qui a déniché ces magnifiques cloches dans son grenier.

  • Il n’est pas facile de prendre la pose avec Orlando.

  • Prendre la pose avec Orlando.

  • La maman de Daniel Tschabold a même tricoté un chapeau de ramoneur pour Orlando il y a 20 ans.

partager l'article

Il y a des siècles de cela, la présence d’un ramoneur était signe de bonne fortune, car les cheminées mal nettoyées entraînaient souvent des incendies dans les maisons encore recouvertes de chaume. Aujourd’hui, Daniel Tschabold porte bonheur à de nombreux habitants de Hausen, en Argovie, lorsqu’il revêt une fois par année une tenue de ramoneur. Mais au lieu de nettoyer les cheminées, il distribue le courrier. Cette fois-ci, il ne le fera pas pour la Saint-Sylvestre (qui tombe un dimanche), mais le 13 janvier 2018. Car le nombre 13 est aussi un porte-bonheur! Auparavant, Daniel Tschabold ira emprunter une tenue de travail originale à un ami ramoneur. A Hausen, c’est une véritable tradition que Daniel Tschabold perpétue lui-même depuis 20 ans.

Un poulain à 18 ans

Mais l’Argovien ne se déplace pas seul: pendant cette tournée spéciale, le scooter à trois roues de la Poste est remplacé par le cheval Orlando et une charrette. La boucle est ainsi bouclée. En effet, lorsqu’on lui demande ce que signifie le bonheur à ses yeux, il répond sans hésiter: «Les chevaux. L’équitation. Comme le dit le proverbe, le plus grand bonheur du monde, c’est sur le dos du cheval qu’on le trouve.» Daniel Tschabold a rencontré son cheval pendant son service volontaire. A 18 ans, à la place d’une voiture, il s’est acheté un poulain, Orlando, qui est depuis devenu son fidèle compagnon. Les deux compères forment une équipe parfaitement rodée. «Il est un peu culotté. C’est pour cela que plus personne d’autre ne le monte», explique Daniel Tschabold avec un regard malicieux et un grand sourire avant de prendre le cheval par la bride et de lui faire traverser le quartier résidentiel jusqu’à un champ, où des photos du duo sont prises aujourd’hui.

Perturbé par le son des cloches, Orlando secoue la tête et la crinière et préfère brouter l’herbe en présentant son arrière-train à l’objectif de la photographe. La nourriture dans la poche du pantalon de Daniel Tschabold permet de débloquer la situation. C’est un de ses amis qui a déniché les cloches d’Orlando il y a des années dans un grenier. D’après Daniel Tschabold, ces cloches ont été fabriquées il y a plusieurs siècles et portées par de nombreux chevaux.

Des tresses en forme de fer à cheval pour les enfants

Par ailleurs, l’idée de distribuer le courrier avec cheval et charrette vient des clients. Qui d’ailleurs attendent le duo de pied ferme avec des morceaux de carotte et de pomme pour Orlando. «En plus du courrier, j’emporte toujours une cinquantaine de tresses en forme de fer à cheval pour les enfants», raconte Daniel Tschabold avant de prendre un air pensif pendant un court instant. Il confie sa gratitude pour tous ces beaux moments, en particulier les yeux brillants des enfants et le sourire des personnes âgées. «Une de mes expériences les plus touchantes en tant que ramoneur a été ma rencontre avec une vieille dame qui voulait absolument nous revoir, Orlando et moi. Après cela, elle m’a semblé apaisée. Elle est décédée quelques jours plus tard.» Orlando acquiesce et tourne la tête. Il en a assez fait pour aujourd’hui. Il ne s’agissait que de la répétition générale. Le cheval retourne dans son écurie d’un pas alerte. Il sait que c’est là qu’on le débarrassera de ses cloches... et qu’un surplus de fourrage l’attend.

Personnel

Daniel Tschabold (42)

A la Poste depuis 1994

Est facteur à Döttingen depuis cette année

Habite à Villigen, en Argovie

Participe à des concours hippiques de saut avec son deuxième cheval, Zeus (17 ans)

Est dans l’équipe déco du carnaval de Brugg www.vaerslischmitte.ch