Jeune, dynamique et déjà chef

La filiale de Wollishofen à Zurich est dirigée par des apprentis et fête son dixième anniversaire.

12.09.2018
Texte: Claudia Langenegger; Photos: Sophie Stieger
  • Samuel Papa et Mirjeta Qerimi

    Samuel Papa discute des actualités avec Mirjeta Qerim.

  • Erika Valdez de Léon

    Erika Valdez de Léon s’occupe de ranger les colis.

  • Aisha Hugger (à gauche) et Erika Valdez de Léon durant la pause de midi

    Aisha Hugger et Erika de Léon, dans l’espace de pause à midi.

  • Ardita Limani et Mirjeta Qerimi

    Ardita Limani et Mirjeta Qerimi en train de travailler au guichet.

  • Ardita Limani et Joel Zehnder

    Ardita Limani et Joel Zehnder en train de travailler au guichet.

partager l'article

«Bonjour», salue Samuel Papa avec un sourire amical. L’apprenti se lève, tend la main et se présente en disant: «Je suis le chef.» En effet, le jeune homme de 18 ans aux cheveux frisés et aux lunettes tendance dirige actuellement pendant deux bons mois les neuf collaborateurs de la filiale de Wollishofen à Zurich. Seuls des apprentis de 2e et 3e années travaillent dans cette filiale, à l’exception des deux membres de l’encadrement.

«Je trouve super d’avoir plus de responsabilités que n’importe où ailleurs et de pouvoir être chef dès la 3e année d’apprentissage», explique Samuel Papa. Tous les apprentis de 3e année y occupent à tour de rôle le poste de chef pendant deux mois et demi. «J’apprends à être autonome et à gérer les réclamations des clients. On assure ça nous-mêmes», souligne fièrement le jeune Zurichois.

Bonne ambiance

L’ambiance de travail aussi est très bonne. «Nous sommes tous jeunes et nous abordons tous les sujets.» Aischa Hugger, sa suppléante, pense la même chose. Elle gère actuellement la caisse principale pendant deux mois et demi, ainsi que les marchandises du shop. Cette jeune Thurgovienne de 17 ans a besoin de presque une heure et demie pour se rendre au travail, mais elle le fait volontiers. «C’est une chance unique de travailler ici. Nos missions sont cool.» Elle apprécie la responsabilité et l’autonomie. Et trouve que «c’est sympa parce qu’on est tous jeunes.»

On se comprend et on s’intéresse aux mêmes sujets: dans l’espace de pause, on ne parle pas d’enfants et encore moins de la maison ou du jardin, mais de maquillage, de sorties, de shopping et on apprécie le «storytime»: un moment au cours duquel on échange toutes sortes d’histoires sur sa vie privée.

Des coaches pour épauler

Pour que tout fonctionne parfaitement, Urs Schanz, conseiller à la clientèle et formateur, est là pour les apprentis avec sa collègue. «Nous les aidons et nous les épaulons, explique-t-il. Nous répondons aux questions et nous sommes là en cas de problèmes difficiles à résoudre.» Par exemple s'il faut renvoyer des actes judiciaires ou lorsqu’il s’agit de conclure un abonnement mobile pour la première fois.

Dix bougies

La filiale d’apprentis a été inaugurée il y a dix ans − la première en Suisse. Aujourd’hui, six autres filiales sont gérées par des apprentis de 2e et 3e années: à Prilly, Bâle, Spalen, Saint-Gall St. Finden, Chêne-Bourg, Lucerne Hirschengraben et Lugano-Cassarate.

Urs Schanz se réjouit de ce dixième anniversaire. Les avantages l’emportent clairement: «Ceux qui font leur formation ici sont plus autonomes et savent mieux
évaluer leurs compétences», explique-t-il. Et ici, la relève est assurée. Les candidatures arrivent souvent en grand nombre.

Certains clients sont parfois surpris, par exemple lorsqu’ils demandent à voir le chef et se retrouvent face à un jeune de 18 ans. Mais les retours sont presque tous positifs. «Ces jeunes gens sont toujours si sympathiques» est une opinion très répandue parmi les clients.