Avec Maria et Josef à Bethlehem

Maria Zahler et Josef Bürgi se rendent à Bethlehem. Ils ne recherchent pas un refuge, mais plutôt des points communs. Un échange sur Noël et plus encore, dans l’ouest de Berne.

11.12.2018
Texte: Simone Hubacher; Photos: Yoshiko Kusano
  • La filiale de Berne-Bethlehem

    La filiale de Berne-Bethlehem

  • La filiale de Berne-Bethlehem

    La filiale de Berne-Bethlehem

  • Maria Zahler et Josef Bürgi se rencontrent devant la filiale.

    Maria Zahler et Josef Bürgi se rencontrent devant la filiale.

  • Josef et Maria avec l’étoile de Bethlehem dans le quartier bernois de Tscharnergut

    Josef et Maria avec l’étoile de Bethlehem dans le quartier bernois de Tscharnergut

  • Josef et Maria avec l’étoile de Bethlehem dans le quartier bernois de Tscharnergut

    Josef et Maria avec l’étoile de Bethlehem dans le quartier bernois de Tscharnergut

  • Josef et Maria avec l’étoile de Bethlehem dans le quartier bernois de Tscharnergut

    Josef et Maria et l’étoile de Bethlehem. Tour d’horizon dans le quartier bernois de Tscharnergut

  • Josef et Maria à l’église réformée de Berne-Bethlehem. En haut à droite, la silhouette de Jésus.

    Josef et Maria à l’église réformée de Berne-Bethlehem. En haut à droite, la silhouette de Jésus.

  • Eglise moderne réformée de Bethlehem, clocher moderne. C’est là que Maria et Josef se découvrent des points communs.

    Eglise moderne réformée de Bethlehem, clocher moderne. C’est là que Maria et Josef se découvrent des points communs.

  • Premiers biscuits de Noël au Café Tscharni

    Premiers biscuits de Noël au Café Tscharni

  • Pour Maria, poésie et récits font partie de Noël.

    Pour Maria, poésie et récits font partie de Noël.

partager l'article

Les passants entrent et sortent au 28 de la Fellerstrasse. A 14 heures en cette journée de fin novembre, l’agitation règne. Maria et Josef sont devant la filiale de Berne-Bethlehem. Ni lui ni elle ne vivent ici, mais ils ont trouvé le chemin jusque là. Il travaille au Marketing voyageurs de CarPostal à Berne, alors qu’elle est factrice à Thoune, où elle conduit son DXP électrique par tous les temps.

L’origine du nom de Bethlehem remonte au Moyen-Age. Le monastère à proximité avait aménagé ici un chemin de procession. Pour Josef Bürgi, le choix de son prénom coulait de source, «parce qu’en Suisse centrale, il était de coutume que les fils portent le prénom de leur père; je suis au moins la cinquième  génération de Josef», explique-t-il. A l’école, on l’appelait Seppi, Seffi ou Sebi, «mais aujourd’hui, je préfère qu’on m’appelle Joe ou tout simplement Josef».

Le choix du prénom de Maria a été en revanche une décision très spontanée: «A ma naissance, mon père a voulu me déclarer à l’administration communale, mais son interlocuteur a répondu que le prénom bernois que mes parents avaient choisi n’était pas accepté.» Le père aurait alors répondu impulsivement: «Dans ce cas, ma fille s’appellera Maria!» Maria assure avec le sourire que jusqu’à sa 7e année scolaire, elle n’avait aucune idée de son vrai prénom. «Malgré le refus de le commune, mes parents m’ont appelée comme ils l’avaient voulu.» Mais elle ne souhaitait pas lire ce prénom bernois dans ces colonnes, Maria lui plaisant davantage.

Sur le chemin qui les mène vers l’église réformée et passe devant l’étoile de Bethlehem au Tscharnergut, Josef et Maria se rendent compte qu’ils ont des points communs: ils sont tous deux mariés et sans enfants, sont nés la même année (1965) et leur ancienneté à la Poste est comparable (dix ans pour Josef, 14 pour Maria). A Noël, il n’y a de sapin ni chez Josef à Belp, ni chez Maria à Thierachern. Ils célèbrent en effet les fêtes ailleurs, chez des proches, avec leurs conjoints respectifs Ursula et René. Le 24 décembre, Josef est traditionnellement à Stans – «La messe de minuit fait partie de la tradition.» – et Maria chez sa mère. «Nous sommes 17 à table!»

L’église n’est pas encore ornée des décorations de Noël, mais le soleil projette sur le mur la silhouette de Jésus. Maria et Josef s’asseyent. «Aujourd’hui, tu pourrais passer pour un pasteur avec ta tenue», plaisante Maria. Josef sourit.

Ils sont tous les deux férus de culture et créatifs. Dans son temps libre, Josef est photographe (www.joebuergi.ch); mi-janvier, il se rendra au Soudan du Sud pour prendre des clichés de la tribu des Mandari. «L’Afrique me fascine depuis longtemps. On y voit tant de visages expressifs.» Maria dirige quant à elle un groupe de danse folklorique pour enfants à Wichtrach, collectionne les costumes traditionnels et est membre du club de yodel de Thierachern (www.jodlerklubthierarchern.ch), où elle fait également du théâtre de temps à autre. Elle aime aussi bricoler; depuis des années, elle offre à chacun de ses cinq filleuls (de 5 à 26 ans) un calendrier de l’Avent fabriqué par ses soins.

De retour au Tscharnergut − au Café Tscharni (voir encadré) − Maria et Josef prennent un café. Derrière le comptoir, des jeunes découpent à l’emporte-pièce les premiers biscuits de Noël. Les fêtes approchent lentement mais sûrement. Heureusement, personne ne passera la nuit dans une étable! Josef et Maria se disent au revoir tout aussi simplement qu’ils se sont salués en arrivant. Josef se lève: «Au revoir Maria, rendez-vous ici l’année prochaine!»

Courrier de Noël en provenance de Bethlehem

La filiale spéciale du Café Tscharni (centre de quartier Tscharnergut, Waldmannstrasse 17) rouvrira ses portes le 11 décembre (de 13 à 17 heures ) puis du 12 au 14 décembre (de 9 heures à midi et de 13 à 17 heures). Vous pourrez y affranchir vos vœux avec un timbre de Noël et les faire oblitérer avec l’empreinte spéciale de cette année. Chaque année, de nombreux fans de la Poste venus de toute la Suisse font le pèlerinage jusqu’à Berne-Ouest pour en profiter.

Les prénoms de Noël à la Poste

A la Poste travaille actuellement (uniquement interne!):

Maria: 840

Marie: 425

Joseph: 48

Jesus: 12

Nicolas: 121

Nicola: 173